Beastie Boys Interview (RIP MCA)

Adam Yauch un des membres des Beastie Boys est mort. Atteint d’un cancer depuis de longues années la maladie l’a finalement vaincu.  Je ne vais pas faire semblant d’être un grand fan (que je ne suis pas ) ni vous déballez tout leur répertoire que je ne connais pas bien. Par contre je vous propose mon interview d’Adam Yauch et ses deux compères écrite il y a trois ans.  Potache,  talentueux, passionnant et surtout toujours passionné voilà les souvenirs que je garde cet ado quarantenaire.  RIP Monsieur Yauch. 


Pouvez-vous vous décrire ?

Mike D : Yauch (NDR le vrai nom de MCA) et moi nous nous entendons bien. Il est un peu mon coach dans la vie.  Adam est… (Il réfléchit) Tu vois deux vieilles femmes qui se chamaillent tout le temps ? C’est notre relation !

 

Ad Rock : Ils se fichent de mes sentiments. Ils ne sont pas attentionnés. Ils ne m’aident pas quand j’ai besoin d’eux. Ils volent mes affaires. Comme par exemple la télécommande de ma télévision.

 

MCA : Tu la veux ta télécommande ? Elle est chez moi si tu veux…

 

Ad Rock : Il y en a encore plein d’autres choses. Donne-moi ton adresse email et je t’expliquerai le reste…

 

MCA : J’adore ces deux gars ! Ils disent toujours des trucs bizarres et je les adore…

 

Ad Rock : Ok je retire ce que j’ai dit (Rires)

 

(Mike D s’approche d’Ad Rock)

 

Ad Rock : Ouh là tu es beaucoup trop prés de moi de là…Nous avons déjà parlé de la distance…

 

Mike D : Tu vois avant même quand il ait dit un truc de fou je lui ai déjà pardonné.

 

Ad Rock : Les choses qu’ils disent sur moi, je les garde pour moi et j’emmènerai cela dans ma tombe. Je reviendrai dans une autre vie pour les hanter…

 

MCA : Sous la forme d’un monstre (Rires)

 

 

Quel a été votre processus de travail sur “Hot Sauce Committee”?

 

Mike D : Le truc avec nous, tu peux revenir à nos premiers albums comme “License To Ill” c’est que l’on commence toujours avec la musique. Nous nous parlons et nous jouons nos idées. Dés que nos musiques sont terminées  on se pose et on se jette sur nos cahiers pour écrire nos rimes. Nous n’écrivons  jamais avant d’aller en studio. Cet album n’est pas diffèrent des autres…Musicalement on voulait qu’il y ait une combinaison d’échantillons de choses que nous avions nous mêmes joué, de programmations mais également de musiques live.

 

Comment décrivez-vous votre musique ?

 

MCA : Tu sais on joue tous d’un instrument. On vient d’un groupe de punk à l’origine.

 

Oui, mais comme cet album est un mélange de tellement de styles comment définissez vous votre son ?

 

MCA : On ne sait pas. Tu as écouté l’album : comment le décrirais-tu ?

 

Je dirais hip-hop alternatif…

 

A : Hum…ça ne sonne pas bien cela…”Alternatif” à ce qui est du bon hip-hop ?

 

 

Non, non pas du tout…peut-être qu’“alternatif” n’est pas le bon terme…

 

A : Moi je dirais “échappée érotique”…Hum non laissez tomber ! De nouveau là aussi je peux t’envoyer un email avec tout cela !

 

MCA : Je crois que ce qu’il y a d’intéressant dans le hip-hop c’est qu’on utilise différentes formes de musique. Jazz, rock…Nous dans notre musique il y a peu d’influence du punk mais cela vient de notre background.

 

 

Reconnaissez que vous avez évolué depuis le premier titre de LL Cool J que Ad Rock a produit je crois…

 

Ad Rock : Tu vois que tu peux être agréable quand tu veux ! (Rires) J’avais l’habitude de trainer tout le temps chez Rick Rubin. Il avait sorti un disque de T-La Rock et Jazzy Jay qui s’appelait « It’s Yours ». C’est le premier disque Def Jam et les gens envoyaient des démos tapes parce qu’il y avait l’adresse de Rick sur le disque.  Je faisais l’école buissonnière pour trainer chez lui et écouter les demos.

MCA : La demo de LL c’était « I Need A Beat » ?

Ad Rock : Non, il rappait sur l’instru de « It’s Yours »  et moi j’ai fait l’instru de « I Need A Beat ».

 

Estimez-vous qu’ aujourd’hui soit une bonne période pour votre musique maintenant que le hip-hop s’ouvre un peu plus ?

 

MCA : Je ne pense pas qu’il n’y a pas de formules pour que la musique soit bonne ou ait du succès. Il faut juste avoir le bon état d’esprit : le reste n’est que des détails.

 

A : Le plan avec ce disque est de sauver l’industrie du disque ! C’est ambitieux car comme tu le sais les ventes de disque s’effondrent donc cet album va relancer l’industrie du disque, puis la presse et enfin le monde de la mode. (Rires) ça pourrait marcher. On ne sait jamais…

 

Mike D : Ce n’est pas une question de succès. En effet nous vivons une période intéressante en terme même pas de hip-hop mais de musique. Les frontières sont un peu plus floues entre le dancehall, le rap et le rock…Aujourd’hui quelle est la différence entre Kanye et Daft Punk ? Santigold est dans le dernier single de Jay-Z…Ce qui est bien c’est que les gens ne se sentent plus obligés de choisir un genre musical.

 

Vous avez connu les années 80 avec une scène club excitante.  Pensez-vous qu’aujourd’hui on revienne vers cela ?

 

Mike D : Je ne sais pas trop…Pour moi le meilleur moyen de résumer les années 80 c’est le travail de DJ hip-hop comme Afrika Bambaata. En une heure il mixait plein de styles de musique et cela rendait bien. Il prenait un break de rock de Led Zeppelin puis un autre des Incredible Bongo Band, puis les Jackson 5 pour finir avec Kraftwerk mais le but était juste de garder l’ambiance funky !

 

 

Vous tournez depuis plus de vingt ans qu’est ce qui vous motive encore ?

 

: C’est une occasion pour moi de remercier mon coach personnel ! Être dans de bons hôtels, manger de la bonne nourriture…C’est amusant !

 

MCA: On prend beaucoup de stéroïdes. On fait beaucoup de musculations, de sauts en parachutes…

 

A : Je prends tellement de stéroïdes que j’ai le dos plein de poils. C’est littéralement une moquette sur le dos. Je ne sais pas si cela se voit…

 

MCA : Au sinon comment va Cut Killer ?

 

Il va bien, il continue de mixer…

 

MCA: J’étais passé à son show pour faire la promo de mon DVD

A: le nom du DVD c’est « Gunnin for the number One spot » disponible sur Amazon.com

Mike D : Qui est  ce DJ ?

MCA : C’est une sorte de Funkmaster Flex ici. Il anime une émission de radio, il organise la promo de ses soirées, il a des mixtapes, un label…D’ailleurs on devrait aller le voir…

 

Dernier mot ?

 

A : Je t’enverrai un email de tout ce dont je n’ai pas pu te parler !

 

 

 

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une réflexion sur “Beastie Boys Interview (RIP MCA)

  1. […] 1985, Louise dans sa tournée Like A Virgin embarque les trois sales gosses. Les Beasties et Louise s’étaient rencontrés dans les tréfonds de la scène punk de NYC au […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :