OBSERVATOIRE DU RAP GAME (109)

Médine sort un EP surprise, Fetty Wap règne sur les charts, un rappeur anglais reprend une instru de Sniper, Little Simz la perle de Londres, la malédiction de Lil B….et All That Good Stuff

MEDINE  remonte sur le ring

Ce lundi de Pentecôte, Medine est venu sans prévenir récupérer sa ceinture de champion avec le gros EP Démineur. On pensait après l’album  Protest Song sorti il y a deux ans que Médine avait abandonné le ring. Face à une pluie de coups (son titre Don’t Laïk sorti le 1er Janvier l’a plongé dans une injuste polémique suite aux attentats de Charlie Hebdo) et acculé dans les cordes le havrais remet les gants pour dix rounds.  Il revient donc à son ADN comme il le dit dans le titre Speaker Corner : « dix ans plus tard j’amène mon message, par les voies de la provoc' ».  Visuels forts, instrus pêchues. goupillées par le talentueux, et sous-estimé, Proof et un propos sans concession mais toujours bien référencé et intelligent. Médine Boma Yé !

LITTLE SIMZ : Around The World 

Elle n’a pas de chansons en rotation sur les radios anglaises, ni de vidéos avec des millions de vues. Pourtant Simbi Ajikawo, alias Little Simz originaire de North London est toujours sur la route. Ainsi la jeune anglaise de 20 ans sera au Divan Du Monde à Paris ce 31 mai. Elle était déjà dans notre beau pays au mois de mars dernier pour deux dates dont une à la Machinerie Moulin Rouge dans le cadre du Festival Les Femmes S’en Mêlent. En Angleterre et même aux Etats-Unis elle bénéficie d’un bouché à oreille favorable. Il n’y a pas de secret, Simz sort du moule de l’entertainment à l’anglo-saxonne : elle chante, joue la comédie et maîtrise la guitare. Le futur ? Toujours beaucoup de dates en Europe et aux Etats-Unis jusqu’en septembre et peut-être une future collaboration avec MONSIEUR Mos Def.

FETTY WAP DOMINE LES CHARTS US 

Chaque année, les Etats-Unis accouchent d’un nouveau phénomène. 2014 restera comme l’année de Bobby Shmurda de Brooklyn à New York. Pour l’instant, après presque six mois, le rookie de 2015 vient une nouvelle fois de la east coast. Fetty Wap est originaire de la ville de Paterson dans le New Jersey à 40 minutes de Money Makin’ Manhattan. Le bougre a seulement 24 ans, est borgne et « chante »  dans son refrain comme une chèvre qui se fait écraser les pattes. Trap Queen qu’il avait posté sur son compte Soundcloud il y a un an est cette semaine encore classé deuxième au Billboard : incroyable. Fetty Wap est-il un one-hit wonder ? Taxstone, un trendsetter de la scène new yorkaise,  prétend que le jeune homme est bourré de talents. Kevin Liles et Lyor Cohen semblent être du même avis. Ils l’ont signé sur 300 leur nouvelle structure distribuée par Warner. Wait and see…

FABOLOUS X DJ CLUE  MIXTAPE

Fin avril nous vous parlions ICI de la série de « freestyles friday » lancée par Fabolous.  Avec l’aide du légendaire DJ Clue et quelques guests (comme Jadakiss, Joe Budden ou même Paul Cain) Fab a compilé tous ses freestyles.  Une belle plongée dans la période 90-2000.  Téléchargez la mixtape ICI

CAINE MARKO reprend un titre de Sniper.

C’est assez rare pour être souligné ! Caine Marko un rappeur de Londres a utilisé le même sample que Blood Diamond  le très bon bon titre de Sniper et Sexion D’Assaut pour « kicker » son titre.  Caine Marko fan de comics (C’est le nom du Human Juggernaut dans les X-Men) se présente avec cette belle prod, une voix d’outre tombe et de l’attitude. Pour l’instant c’est suffisant.

LUNIKAR :  Au Delà Des Comparaisons 

« Je ne ressemble à personne donc cesse donc tes comparaisons »  lance Lunikar dans Vivre le dernier titre tiré de son EP Placide.  Difficile. Ici on pense beaucoup à Drake et A$ap Rocky. L’atmosphère ouateuse de l’un et parfois le flow et les accélérations de l’autre s’entendent dans cette chanson. Bien sûr Lunikar a des choses à dire et (comme Drake…) transmet son émotion et sait très bien confier ses interrogations. Le jeune homme a clairement quelque choses. A lui maintenant de dépasser les comparaisons, de trouver puis d’imposer son identité.

A$AP ROCKY : la classe américaine.

At.Long.Last.A$AP, le deuxième album d’A$ap Rocky devait sortir le 2 Juin.  Le projet est finalement sorti hier le 26 mai.  Rakim a convié sur ce projet Danger Mouse, Joe Fox un artiste inconnu rencontré par hasard dans une rue de Londres mais aussi Kanye West, Lil Wayne, Schoolboy Q, le talentueux James Fauntleroy et beaucoup d’autres. Pour l’instant les Internets se concentrent sur la chanson Better Things où A$ap tacle à la gorge la pauvre Rita Ora.  Il rappe dans cette chanson  « I swear that bitch Rita Ora got a big mouth/Next time I see her might curse the bitch out/Kicked the bitch out once cause she bitched out/Spit my kids out, jizzed up all in her mouth and made the bitch bounce. » La classe monsieur.

CR BLACKS : SLOCAL Represent ! 

 » It’s more than music it’s a movement ! «  Combien de fois les Américains pour vendre leur musique balancent cette phrase cliché ? Trop souvent. A Londres SLOCAL est un « movement ». Cela a commencé comme une marque de vêtements, puis devenu une boîte de consulting et aujourd’hui c’est également un micro-label. On y trouve le populaire ItsNate, le groupe Hawk House désigné comme les nouveaux Fugees, Murkage Dave, Catch’Em et CONFZ, les beatmakers JD. Reid, Sumgii et le réal’ Stay Hvngry. Dans cette constellation de talents CR Blacks tire très bien son épingle de jeu. L’année passée son EP Tabula Rose l’avait déjà sorti de l’ombre. Cette semaine, ce jeune homme qui glisse parfois des mots de français a dévoilé Control un nouveau titre pour continuer de représenter les couleurs de Slocal.

LIL B VS JAMES HARDEN 

D’un côté le fantasque rappeur Lil B. Le « Based God », hyper productif  inondait un moment les réseaux sociaux (avant Myspace et aujourd’hui Twitter) de ses « chansons » aux troisième (ou quatrième ?) degré. De l’autre James Harden le meneur barbu des Houston Rockets est vice MVP de la saison régulière NBA. A priori les deux hommes n’ont rien à voir. Sauf que lorsque James Harden met des gros paniers il fait des petits mouvements du poignet comme un « chef » coq. Catastrophe, Lil B considère qu’il est l’inventeur de la « cooking dance » est que James Harden devrait lui « rendre hommage ».  La sanction ? Lil B lance la malediction : le BasedGod Curse.  La première victime de ses « pouvoirs » est Kevin Durant l’ailier star des Oklahoma Thunders. En 2011 sur Twitter Kevin Durant  déclarait avoir « essayé d’écouter Lil B mais que c’était insupportable ». Le Based God a jeté son sort l »année passée : Kevin Durant n’a pas gagné de titre NBA en 2014 et était blessé la majorité de cette saison… Les Warriors qui affrontent les Rockets de James Harden ce soir en playoffs n’ont pas hésité : Lil B sera leur invité d’honneur dans la salle.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :