GRADUR ET LA « CONGOLISATION » DU RAP FRANÇAIS.

Le Roubaisien a sorti fin novembre “Sheguey Vara 2”, deuxième projet de l’année après “L’Homme Au Bob”. Nous  l’avons rencontré pour parler du Congo, de Maître Gims, Youssoupha et de la « congolisation » du rap français

En septembre dernier, Le Monde Afrique consacrait un article très  sérieux sur  la « congolisation » du rap français.  La journaliste part des récents succès de Maître Gims,  de Youssoupha de l’arrivée de Niska et l’éclosion de talents comme Tito Prince pour construire son article.  Cela se tient plus ou moins. A part des petites erreurs (comme présenter Bisso Na Bisso collectif du Congo-Brazzaville et non pas du Congo-Kinshasa en pionnier de cette fameuse « congolisation »), des oublis (Quid du groupe Bana Kin composé notamment de Philo qui est pourtant cité et de Youssoupha ?) cet article  ne cite pas une seule fois Gradur.  Pourtant parmi la nouvelle école il est bien celui qui a le plus mis en avant ses origines congolaises. Que l’on aime ou pas pas la musique du gaillard, il faut au moins lui laisser cela.

Lors d’une récente interview (ICI) j’en ai profité pour lui demander  son avis sur la « congolisation » du rap français. 

C’est vrai qu’il y a beaucoup de congolais. Il y en a toujours eu beaucoup mais aujourd’hui ils se mettent en avant. Moi, dés que j’ai commencé tu savais directement que j’étais un congolais. C’est comme si on me demandait pourquoi tu cries « 59 » ?  Je viens de là-bas. Je crie « Sheguey » parce que je représente aussi pour le bled. On n’oublie pas d’où on vient. Je mets quelques mots en lingala parce qu’il ne faut pas oublier notre culture. C’est grâce à notre culture qu’aujourd’hui il y a des Maîtres Gims et des Youssoupha : chez nous on a la musique dans le sang !  Le père de Youssoupha c’était un chanteur (NDR : Tabu Ley Rocherau) , pareil pour Gims (NDR : Djanana Djuna de Viva La Musica). Récemment je suis allé faire un concert au Congo et je compte faire une association pour aider les gens là-bas parce que j’ai vu la vraie misère. Comme me disait Alpha 5.20, c’est bien de chanter en lingala mais il faut aussi faire des choses pour le pays. Si les autres ne le font pas, ce n’est pas grave mais moi je vais le faire ! 

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réflexions sur “GRADUR ET LA « CONGOLISATION » DU RAP FRANÇAIS.

  1. Ben c’est quoi cet article minuscule ? En plus, il ne donne pas beaucoup d’explication, la diaspora congolaise est présente depuis longtemps dans le rap avec Arsenik, les Sages Po, Despo Rutti, Mystik, les 2 Bal. Passi rappait déjà en lingala dans le second album du Ministère AMER
    Référence à Eddy Malou.
    Peace.

    Aimé par 1 personne

    • L'Aiguille dit :

      Le but ici n’était pas d »analyser ce phénomène mais simplement d’ajouter le point de vue de Gradur qui était absent de l’article du Monde. Les Sages Po ne sont pas d’origine congolaises et le Congo Brazzaville et le Congo Kinshasa (ex- Zaïre) sont deux pays différents. Dans ta liste seul Despo est originaire du Congo-Kinshasa. Peace.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :