5 RAISONS POUR LESQUELLES JAY-Z DOIT REVENIR EN 2016 [UPDATE]

En 2015, Jay-Z n’a pas sorti de musique. Cela n’était plus arrivé depuis plus de vingt ans. « Can’t leave rap alone the game needs me » rappait-il  dans H.I.Z.ZO.  Cette phrase est encore plus vraie aujourd’hui alors j‘ai trouvé cinq raisons pour qu’il nous redonne de la musique en 2016.

1. Roc Nation  prend l’eau. 

La structure Roc Nation est née en 2008. Jay-Z s’est associé avec  Jay Brown son vice-président quand il dirigeait Def Jam, Tyran Smith (le fameux  « Ty Ty » que Jay cite souvent) et Juan Perez qui supervise le département sport. Huit ans plus tard,  les départements sport et entertainment se sont développés mais la partie musique périclite. Seul J. Cole a sorti trois albums. Rita Ora signée en 2008 veut partir. En décembre dernier l’Anglaise a déposé une plainte devant un tribunal de Los Angeles. Rihanna, déjà managée par Roc Nation, a rejoint le label en 2013. ça ne prend pas. Anti, son huitième album après la fausse bonne idée FourFiveSeconds n’arrive pas à se lancer. Jay Electronica ? Il doit vouloir battre le record de Dre et son DetoxCe treizième album de Jay-Z ferait le plus grand bien à l’image du label.

 

2. Cela fait longtemps que Jay-Z n’a pas livré un très bon album.

Shawn Carter est un excellent rappeur et l’a prouvé tout au long de sa carrière. Mais à quand remonte le dernier très bon album de Jay-Z ?  Les critiques les  plus sévères remontent au Black Album. En 2003 ! Je vais jusqu’à American Gangster en 2007.  L’album était bien produit (en majorité par Diddy et ses Hitmen), et avait une vraie direction artistique qui autorisait  le MC de Marcy Projects  à se replonger dans le « street rap » qui est selon moi sa vraie zone de confort. Bien sûr Jay-Z après 2007 a eu des gros singles (Empire State Of Mind est son premier single numéro un au Billboard) , quelques « bangers » (On To The Next OneFuckWithMeYouKnowIGotIt)  des bons titres mais rien de plus. Et « rien de plus » c’est insuffisant pour un MC de son calibre. Souvenez-vous qu’avant ses albums (par exemple Blueprint a marqué le retour des samples de soul), ses titres (le clip Change Clothes a popularisé la mode des « button up »,  D.O.A avait un temps tué  l’autotune…) ses expressions ( « I’m not a businessman, I’m a business, man! », « Men Lie. Women Lie. Numbers Don’t »,   « I’m like Che Guevara with bling on :  I’m complex »…) influençaient  puis imprégnaient la culture. Le Hip-Hop a besoin d’un très bon album de Jay.

3. Les jeunes loups prennent du galon.

Il y a plus ou moins dix ans le rap américain a eu du mal à trouver un second souffle. D’ailleurs, lorsque durant cette époque Nas est arrivé avec son album Hip-Hop Is Dead beaucoup en étaient presque convaincus.  Aujourd’hui, le Hip-Hop montre qu’il est plein de vitalité et qu’il a accouché d’artistes avec le potentiel pour devenir les « Jay-Z de leur génération ». Seul  Drake parmi les moins de trente ans a déjà ce statut. Il a déjà trois tournées mondiales, trois albums et surtout quantités de punchlines reprises religieusement par la génération Y. Kendrick Lamar est aussi bien placé. Son brillant deuxième album a marqué les esprits. Il y a aussi J.Cole qui – à la dure- s’est imposé dans le cœur des fans américains. Plus besogneux que son collègue californien, Cole déplace les foules pour ses concerts et surtout vend du disque. Presque sans concessions – ils accordent peu interviews et sont discrets sur les réseaux sociaux- ces deux là sont en train de changer de statut. Wiz Khalifa avec déjà cinq albums, une vraie personnalité et une popularité qui dépasse les frontières du rap peut aussi prétendre au titre de superstar. Les Atliens Future, Migos et Young Thug n’ont besoin que d’un tube « mainstream » ou de sérieuses ventes (quoi qu’en on dise les chiffres ont encore leurs importances) pour également atteindre le niveau supérieur.  Enfin, A$ap Rocky et dans une moindre mesure Big Sean pourraient aussi prétendre à la plus haute marche du « game ».  Bref,  cela se bouscule devant la porte du succès et Jay-Z ne peut plus rester trop longtemps inactif sur le trône.

 

4. Il est le « meilleur » des « vieux » encore en activité.

Que reste-t-il des glorieuses années 90 ? Biggie et 2 Pac sont morts. Les membres du Wu-Tang ? A part Raekwon,  Ghostface et Method Man le crew de Staten Island n’a plus de souffle. Snoop Dogg ? Lorsqu’il se décidera à nous faire un album sérieux on pourra en reparler. Diddy aussi peut encore créer la surprise. Les rappeurs des années 2000 aussi ont été décimés. 50 Cent et Game ne sont plus ce qu’ils étaient.  Cam’ron et les Diplomats ont perdu de leur superbe. Outkast avec la retraite anticipée d’Andre 3000 laisse les fans en jachères depuis trop longtemps. Gucci Mane ? Il a influencé toute la ville d’Atlanta mais reste trop ghetto. T.I le fondateur du trap semble un peu fatigué. Eminem, bien encadré (traduisez : si il arrête de hurler au micro) a encore de quoi faire la différence. Si on réduit ces deux listes aux artistes qui ont traversé ces deux époques on se retrouve avec…. Nas et Jay-Z.  Malgré tout le respect et l’admiration que j’ai pour le travail de Nas, je pense que seul Jay-Z peut encore à la fois donner des leçons de rap et toucher les clubs et les radios.

 

5. 2016 =  les 20 ans de Reasonnable Doubt.

En 2015 Shawn Carter a réalisé une année blanche. Pas un « seize » ni un freestyle. Et surtout pas d’albums. Cela n’était plus arrivé depuis sa (très très) petite apparition sur le single Hawaïan Sophie de son mentor Jaz en…1989. Jay-Z nous avait pourtant habitué à un rythme d’au moins un projet par an. Cela a démarré avec In My Lifetime Vol 1 en 1997 jusqu’en 2003 avec le Black Album. On ne parle même pas de ses featurings comme Money Ain’t A Thang de Jermaine Dupri, Fiesta de R.Kelly, So Appalled avec Kanye ou plus récemment Seen It All avec Jeezy ou We Made It en 2014 avec Jay Electronica. Même durant sa « retraite » en 2004-2005 il avait balancé de la musique. Alors cette année 2016, Hov’ doit marquer le coup. D’autant que ce 25 juin, on fêtera les vingt ans de son premier album Reasonnable Doubt.  Faisons confiance l’ego de Jay-Z pour préparer quelque chose de spécial…

UPDATE JUIN 2016 

Jay-Z cette année revient sur la pointe des pieds mais il revient.  Doit-on compter les deux mesures dans Pop Style de Drake ? Pas nécessaire. Commençons par son « 16 » dans le remix de All The Way Up de Fat Joe et Remy Ma.

Ne nous racontons pas d’histoires : Remy Ma et Fat Joe (qui se bonifie comme le vin) ont un meilleur couplet que Jay-Z. Même si on sent qu’ils ont tout donné,  Hov’ devrait normalement les laver. Ici à part la petit clin d’ oeil à une phase de Guru dans DWYCK  pour évoquer l’album Lemonade de sa femme il n’y a rien à se mettre sous la dent. Pire Jay retombe dans ses travers : il s’écoute rapper, en fait des tonnes et du coup perd en fluidité.  Le premier morceau de deux figures de New York (C’est Terror Squad, Roc-A Fella, le Bronx et Brooklyn, les Latinos et les Afro-Américains…) réunies sur un des tubes de 2016 a été sabordé.  Jay-Z a raté son premier gros rendez-vous de 2016.

Pusha T ft Jay-Z Drug Dealers Anonymous 

Il semble que plus Jay-Z prend de l’âge et du poids médiatique (aujourd’hui il est entre autres le meilleur ami d’Obama, le mari de Beyoncé,  gère une agence de sportifs NFL et NBA, patron de la plateforme Tidal…)  plus il est l’aise avec son passé de « street-pharamacist ».  Selon moi, depuis 2010 à part So Appalled , Jay a réalisé ses meilleurs featurings avec Jeezy. Ses « seize » dans I Do et Seen it All  sont des petits bijoux  parce qu’il peut justement se replonger avec gourmandise  dans  le « d-boy » rap. C’est aussi pour cela qu’ American Gangster est un de ses meilleurs albums mais c’est encore une autre histoire… Revenons au dernier featuring de Jiggaman avec Pusha-T sorti hier soir.  C’est du Jay de grand crû. Face à Pusha-T pourtant très inspiré, Shawn Carter nous régale. On a droit à des références récentes à la « journaliste » Tomi Lahren qui s’en était prise à Beyoncé mais aussi à son ami Emory Jones condamné à 10 ans de prison qu’il citait déjà dans Seen It All.  L’ancien d-boy montre aussi qu’il garde le sens de l’observation (lorsqu’il compare Uber aux mules), de la formule (« life made me ambidextrous, countin’ with my right, whipping’ white with my left wrist » ) et des jeux de mots biens sentis. Enfin ici Jay-Z donne à ses vrais fans de la phase à réécouter, décortiquer et analyser.

Résumons : un départ pénible avec Fat Joe et Remy Ma, un bon titre dans la « zone de confort » avec Pusha T. La troisième balle de Hov, un duo avec Future dans l’album de DJ Khaled devrait nous mettre tous d’accord. On espère…

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réflexions sur “5 RAISONS POUR LESQUELLES JAY-Z DOIT REVENIR EN 2016 [UPDATE]

  1. […] subies par les Noirs. En revanche, dés qu’ils n’atteignent pas leurs objectifs (comme Jay-Z avec Tidal en difficulté ou Kanye West lorsqu’il tentait de percer dans la mode) […]

    J'aime

  2. Mourad dit :

    « The Blueprint 3 (2009)
    Watch the Throne (with Kanye West) (2011)
    Magna Carta Holy Grail (2013) »

    Il est beaucoup moins prolifique qu’auparavant. Il sort plus un disque par an. Certains disaient que Jay-Z comptait désormais sortir un album tous les deux ans mais en fait ça ne tient pas non plus.
    Mais je crois que depuis 2012 est annoncé Watch The Throne 2 alors que Kanye West va sortir un 2eme album cette année et sera occupé par la mode dans le futur.
    Entre ça et l’album avec Beyonce (certains disaient que l’album est fini depuis longtemps et le single était prêt…)
    Jay-Z a beaucoup moins d’inspiration si on regarde les projets qu’il a sorti sur ses dernières années et/ou est plus occupé par autre chose (le business, Roc Nation etc) et ça se ressent sur ses albums.
    Je trouve que Kanye West est moins prolifique qu’auparavant étant donné qu’il est occupé par la mode et d’autres choses. Dans « The Life Of Pablo », il y a quelques fulgurances mais il n’est plus aussi perfectionniste qu’avant et ça se sent dans sa musique. J’attends pas à ce qu’il nous refasse un « Late registration » mais il y a à boire et à manger dans son album.
    Le dernier album de Nas a eu un impact faible sur le rap comparé aux albums de Nas des années 90/2000.
    Pareil pour « Magna Carter Holy Grail » et je pense pas que Jay-Z recherche le hit à tout pris comme il pouvait le faire à chaque album avec un gros single.
    Je pense que s’il sort un album en 2016, il aura son petit impact sans grand effet et il faut plus attendre de sa part ça.

    A moins qu’il sorte son album avec Beyonce.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :