5 bonnes raisons de regarder ATLANTA

c1snl6qxcayklbd

La 74e cérémonie des Golden Globes s’est déroulée hier, dimanche 8 janvier à Los Angeles et les professionnels ne se sont pas trompés. ATLANTA a été sacré deux fois dans les catégories meilleure comédie et meilleur acteur dans une comédie.  Voici 5 raisons de regarder cette série. Oh et bonne année !

1. Pour découvrir le HIP-HOP 

Enfin ! Entre le nécessaire The Get Down  et son néanmoins ennuyeux aspect « La Naissance Du Hip-Hop Pour Les Nuls » ou la collection de clichés Empire il est difficile de trouver une représentation fidèle de notre culture dans les sitcoms américaines. C’est finalement sous la plume d’un humoriste qu’est né une fiction qui colle le plus à la réalité. Dans les dix épisodes d’ATLANTA  cela parle des pots-de-vins aux DJ (dés le premier épisode) , du système des « appearances » dans les clubs ou de la récente prolifération de « gratteurs » sans talents qui se développent grâce aux réseaux sociaux. Atlanta montre aussi la réalité de certains trap-rappeurs : ce sont des petits hustlers à la semaine qui rappent avant tout pour s’amuser et qui parfois ont du mal à gérer leur nouvelle notoriété.  Enfin, la chanson du héros Paper Boi est basique, un peu redondante comme finalement toutes les chansons du début de l »explosion du trap d’ATL en 2006. D’ailleurs Donald Glover l’a répété dans plusieurs interviews, il s’est clairement inspiré des premières chansons de Gucci Mane et Young Jeezy.

2.  Pour découvrir le frère STEPHEN GLOVER

Dans la famille Glover, tout le talent ne s’est pas concentré chez Donald.  Heureusement, Stephen, le petit frère en a eu un peu. Il rappe sous le pseudo de Steve G. Lover (Ecoutez ICI son Soundcloud) depuis presque autant de temps que son frère aîné. Ainsi, c’est bel et bien lui et non pas l’excellent acteur Brian Tyree Henry (Diplômé d’Art Dramatique à l’université de Yale quand même) qui rappe le titre Paper Boi.  Stephen est surtout un des membres principaux de l’équipe de cinq auteurs derrière cette série.  Ainsi, il a écrit quatre des dix épisodes d’ATLANTA dont le génial deuxième épisode qui se déroule dans la prison.

3. Pour découvrir au moins trois Shades of Black. 

Dans les séries américaines, le Noir est rarement nuancé. Les  femmes ? Elles sont soit délurées (par exemple Shenola Hampton qui joue le personnage de Veronica Fisher dans Shameless) , bruyantes pour ne pas dire « ghetto » (Cookie Lyon dans Empire) ou  récemment durs à cuire comme l’insupportable Olivia Pope de Scandal.  Pour faire encore plus rapide (et caricatural je vous l’accorde) regardez toutes les actrices Noires de Orange Is The New Black… Les hommes ?  En gros, il y a le bon-pote-toujours-cool, la petite-frappe-dans-l’illégalité-mais-pas-bien-méchante ou (plutôt dans les années 80) le commissaire colérique ou le juge implacable. Les trois personnages principaux d’Atlanta ont plus de nuances. Earn est un ancien étudiant de Princeton, souvent fauché et pas très débrouillard. Darius, toujours un peu perché balance au détour d’une conversation qu’il connaît l’existence de Steve McQueen parce qu’il est nigérian. C’est une référence très fine aux relations parfois tendues entre la communauté nigériane et les Noirs Américains.  Enfin, Alfred alias Paperboi est un petit dealer un peu lourdaud qui a du mal à se faire à sa nouvelle notoriété de rappeur. Est-ce parce que Jamal Olori, Stephen Glover, Stefani Robinson, Donald Glover et Fam Udeorji les cinq auteurs de cette série sont Noirs ? Je pense. En dix épisodes de vingt minutes cette équipe est parvenue à évoquer des sujets comme le racisme ordinaire, les tests anti drogues au travail, la violence en prison, l’absurdité qu’est devenue BET ou encore le défi des couples mixtes aux Etats-Unis. Bref, grâce à Atlanta le Noir cesse d’être une entité monolithique pour être tout simplement un être humain.

4. Pour DONALD GLOVER 

Lors de son premier discours de remerciement, l’artiste de 33 ans a rendu hommage aux habitants afro-américains de la ville d’Atlanta, sa source d’inspiration : “Merci d’être en vie, et de faire ce que vous faites.”  Dans la foulée, il  a également tenu à faire une dédicace à Migos pour le titre “Bad and Boujee”  (un des derniers tube du groupe qui dépasse déjà les 90 millions de vues) , parce qu’il « adore cette chanson ». 

C’est du 100 % Donald.  Une partie de lui est le nerd de la classe moyenne noire américaine, formé à la New York University Tisch School of the Arts (qui a eu dans ses murs Joel Coen, Whoopi Goldberg et Oliver Stone) avec une « conscience noire. »  De l’autre côté, ses parents Témoins de Jéhovah, hébergeaient chez eux des enfants en difficulté. Toute sa jeunesse Donald Glover a donc vu et côtoyé des gosses perdus comme (prétendent l’être ?) Migos.  Il connait très bien cet univers et il en connait les codes. Comme Dave Chapelle (fils de parents professeurs d’ université) ou Chris Rock dont la mère était institutrice  il a le recul nécessaire pour décrire et faire rire intelligemment sur la condition des Noirs en Amérique. C’est son atout principal. Après on connaît tous le parcours de ce surdoué de la comédie. Repéré par Tina Fey a 23 ans, il écrit pour la série 30 Rock. On le retrouve plusieurs saisons avec le costume de Troy Barnes dans la série culte Community. Rappeur, plus que correct avec des clips originaux (comme le puissant Bonfire , le surprenant Oakland ou le dansant Sober)  Donald alias Childish Gambino n’avait pas encore donné toute la mesure de son talent. Dans Atlanta en plus des qualités citées plus haut on voyage dans le second degré (l’épisode avec le Justin Bieber Noir) voir même le surréalisme. Ainsi sous la houlette de son réalisateur Hiro Murai il a pu mettre en image une voiture invisible, un ado « transracial » ou encore un Black Muslim qui offre des tranches de pain au Nutella dans le bus.

5. Pour  ZAZIE BEETZ

La photo n’est-elle pas suffisante ? Zazie Beetz joue le rôle de Vanessa, la partenaire de Earns. Zazie est la seule femme dans la distribution exclusivement masculine d’Atlanta.  Zazie est née à Berlin et grandi  à Harlem, New York.  Elle était au lycée dans la célèbre LaGuardia High School et on peut également la retrouver dans deux épisodes de la série Easy de Netflix.  Seul petit bémol,  Zazie dans toutes ses interviews  indique qu’elle a un copain. Frimeuse.

(6.)  UNE SÉRIE COMME ATLANTA SERAIT-ELLE POSSIBLE EN FRANCE ?

[Insérer des rires préenregistrés de sitcoms des années 90]

 

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :