5 réactions à l’article du Parisien sur Tchoin de Kaaris

www-mon-diplome

Tchoin de Kaaris fait danser, fait vendre (plus de 6 millions de vues à l’heure où ces lignes sont écrites) et surtout se retrouve dans une polémique orchestrée par le journal Le Parisien. Comme d’habitude on ne m’a rien demandé alors comme d’habitude je vous donne mon avis. 

1.  Le procès à charge contre  Tchoin de Kaaris est instruit dés les premières lignes. « Le morceau révèle une tendance de fond dans le rap français. »  En une phrase les deux auteurs veulent  jeter l’opprobre sur tout un genre musical. Tranquillou.

Quels éléments apportent-ils pour étayer cette thèse ? Une phrase de Booba dans le titre Daniel Sam où il insulte la mère du boxeur Quarteron de « tchoin ». Ce n’est donc pas le même contexte que le titre de Kaaris. Pas recevable. Ensuite la chanson  Puteuh du groupe La Synesia. Ok. Enfin un morceau sorti il y a un an par DJ Aymoune et L.E.C.K   Un peu maigre. Même pas cinq chansons…. Désolé mais ça ne fait pas une « tendance de fond ». Essaye encore Le Parisien.

 

2.  « Le vrai problème de ce clip, c’est quelle image de la femme cela renvoie ? Les personnalités comme Kaaris ont un vrai écho auprès de la jeunesse. Ils ne peuvent pas se réfugier tout le temps derrière la liberté de création. Les femmes sont toujours en ligne de mire dans leurs œuvres » 

« L’image de la femme ? »  Inégalités de salaires, sous-représentation des femmes dans les médias et la politique… Le sexisme est malheureusement toujours d’actualité dans notre beau pays et cela sans l’aide du rap français  ou de Okou Armand Gnakouri alias Kaaris.  Par exemple, en novembre dernier l’observatoire des inégalités de l’Insee  indiquait le salaire mensuel net moyen des hommes, pour un poste à temps plein, à 2 389 euros en 2013, contre 1 934 euros pour les femmes. On devrait interdire l’écoute de Kaaris lors des séminaires au MEDEF… Autre exemple, Les femmes en France représentent seulement 27% des députés de l’Assemblée nationale et 22% des sénateurs. Interdisons aussi les ondes de Skyrock, Générations et OKLM au Palais Bourbon. Enfin, je pense que le sexisme dans les films, les émissions débiles de télé-réalité ou certaines publicités ont malheureusement plus d’impact que les 3’36 de Kaaris sur Youtube.  « Ils ne peuvent pas se réfugier tout le temps derrière la liberté de création. »  Et pourquoi pas ? Un artiste n’a-t-il plus le droit à la liberté de création ? Ah mais peut-être que celle-ci ne s’applique pas aux rappeurs ?  Pourquoi Kaaris n’aurait-il pas le droit à sa manière (que l’on peut apprécier ou pas) de parler des filles faciles ?  Maurice Chevalier vantait les mérites de la « compagnie féminine »  dans Ma régulière en….1927 !  Brassens chantait la complainte des filles de joie en 1961,  Jacques Brel pouvait chanter qu’il les voulait « bonnes travailleuses sans parlotes » dans Knokke-Le-Zoute….  Ne vous en déplaise madame Claire Serre-Combe, Kaaris ne se « réfugie » pas « derrière » la liberté de création : il exerce sa liberté d’expression.    

 

3.  « Ce rap « (in)conscient », comme le nomme Juliette Fievet, qui a consacré une émission de « Couleurs Tropicales » de RFI sur ce thème, n’est pas nouveau. Cette lame de fond, qui dure depuis plus d’un an… »

Ma camarade Juliette Fievet, connait beaucoup trop bien le rap pour savoir que Tchoin n’est pas une nouveauté dans le rap français.  Starfuckeuse de Rohff ?  2005. Le rappeur du 9.4  en trois couplets et avec un refrain efficace décrivait ces « oiseaux de nuit » avec moult détails.  A Propos De Tass des sous-estimés Tout Simplement Noir  ? 1995 !  Les Rates Aiment Les Lascars du Ministère ?  1994 ! Il y a même eu des tubes comme Ma Salope A Moi de Gynéco ou ma Ma Benz de NTM. Là, où je rejoins Juliette Fievet c’est peut-être que ces morceaux cités plus hauts semblaient moins gratuits que le titre de Kaaris. Mais de l’autre côté que devaient penser les gens il y a vingt ans du groupe Suprême Nique Ta Mère qui rappait Ma Benz entouré de stripteaseuses qui ondulaient en maillot ?  Et puis pourquoi dans le rap français l’outrance et la surenchère dans la violence ne provoque pas autant d’émois que les soi-disants excès sexistes ?  Pourquoi par exemple les propos de Damso mettent plus mal à l’aise certains que ceux d’un rappeur-français-hardcore-de-base ?  Kaaris  2013 sourcils froncés qui parle de coke, de kalash et de meurtre est-il plus fréquentable que Kaaris 2017  souriant qui déclare préférer les « tchoins » ?  Parlons-en.

 

4.  Les journalistes à la fin de l’article évoquent un titre de Soprano et une réflexion du rappeur marseillais qui aurait « un discours plein de bon sens et mesuré, malheureusement à contre-courant des bande-son des boîtes de nuit. »

Peut-être que je me trompe mais par définition, les « bande-son de boites de nuit » n’ont pas vocation à avoir un discours « plein de bon sens et mesuré. »  Le rap, n’en déplaise à certains, peut aussi permettre de danser. Je ne suis pas le directeur artistique (ni l’avocat) de Kaaris, mais je pense que Tchoin n’a pas d’autre vocation que de faire danser.  Tout simplement. Aujourd’hui certains rappeurs français, en redécouvrant ou explorant leurs origines, intègrent enfin le côté entertainment et dansant qui a toujours existé dans le rap américain. Là-bas, le sexe, l’entertainment, la scène club sont intégrées depuis les débuts. Pour un Public Enemy il y avait un Kid N’Play. Pour un N.W.A  on retrouvait un 2 Live Crew.  Je suis assez vieux pour me souvenir d’une époque où les DJ français se plaignaient de n’avoir aucune musique de rappeurs français  à jouer en club. Aujourd’hui a bien progressé.  Doit-on pour autant suivre les travers du rap américain ?  Bien sûr que non mais cela c’est encore autre débat.

5.  « L’outrance et la vulgarité, Kaaris en a fait son fond de commerce » constate le Parisien. Et vous quel est votre fond de commerce ?

Un article sur Booba poursuivi par un éléphant au Gabon ? ça c’est de l’info primordiale ! Pourquoi ne pas avoir parlé du retour des Sages Po ce vendredi 13 ?  20 ans de carrière ça ne mérite pas une petite brève ? L’excellent JP Manova il y a trois mois dévoilait un clip un  hommage à Thomas Sankara : rien.  Nada sur Dosseh et son solide album Yuri. Pas de relais des excellents Brav et Tiers Monde. Pas une ligne sur Médine.  S’il vous plaît essayez de couvrir correctement et impartialement l’actualité de notre musique, pas seulement lorsque cela vous arrange et permet d’alimenter votre fond de commerce.

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :